Previous month:
août 2007
Next month:
octobre 2007

4 notes en septembre 2007

TELE2 fait une offre ADSL agressive, peu intéressante (inintéressante à Bandol)

Eh oui, TELE2 n'offre pas le dégroupage à Bandol. Donc leur tarif de 19,90€/mois n'est pas applicable. C'est 29,90 pour leur offre restreinte (pas de téléphonie gratuite), et 34,90 pour leur offre complète qui ne marche de toutes façons pas : une ligne en plein centre de Bandol ne répond pas à leurs caractéristiques minimales pour leur service TV.

Je rappelle que les offres agressives .../...

Lire la suite "TELE2 fait une offre ADSL agressive, peu intéressante (inintéressante à Bandol)" »


Farfouiller dans le joyeux bordel d'une librairie, ou sa propre collection de disques ou DVD : numériquement?

C'est une des tendances des technologies de l'information : reproduire le plaisir qu'on a à fouiner, sur les étals ou dans nos étagères.
Difficile à reproduire sur un écran, c'est pourtant de plus en plus plaisant.

IpodtouchiTunes, le logiciel de gestion de nos discothèques personnelles (juke-box numérique) avait franchi un pas dans ce sens en permettant le défilement des jaquettes de CD, repris sur l'iPhone ou sur le dernier iPodTouch avec un contrôle par simple effleurement du doigt.
DeliciouslibDelicious Library (logiciel pour Mac), permettait de reprendre cette approche avec toute sa collection d'objets culturels (mettant à profit la webcam intégrée des Mac pour reconnaître les livres ou DVD par leurs code barres).
OskopeAujourd'hui c'est le service en ligne oSkope qui permet de fouiller visuellement parmi les livres comme sur une table de libraire. Pas mal fait là aussi, et si le plaisir tactile n'y est pas, l'esthétique et la richesse de l'information sont présents, accessibles depuis chez soi. Sur des tables qu'on peut régler pour accueillir jusqu'à une centaine d'ouvrages...

Dans 10 ou 20 ans, les interfaces numériques seront certainement suffisamment enthousiasmantes pour que peu d'entre nous aient la nostalgie profonde des façons de chiner à l'ancienne. Ces outils ne sont que le début, même si le futur ne ressemblera pas forcément aux hologrammes interactifs du film Minority Report de Spielberg...


Orange, Orange et Orange... le même nom, pas la même chose!

Le marketing, la communication, et leurs aléas, nous donnent parfois de quoi entrer en confusion...
Un copain m'appelle se demandant comment se connecter à l'hôtel, avec le wifi de son ordinateur portable. Visiblement, c'est Orange l'opérateur, qui demande un tarif prohibitif. Lui est client Neuf, et me demande s'il peut utiliser l'identifiant et mot de passe d'une amie qui est abonnée Orange pour l'internet ADSL chez elle (mais il a peur de pirater involontairement son compte Orange et peut-être même ses emails, etc.).
Que nenni !
Si Orange est bien une marque commune à l'ensemble du groupe France Telecom (qui d'ailleurs ne s'appelle plus complètement France Telecom mais aussi largement Orange), il y a méprise sur qui est l'interlocuteur.
Souvenez-vous :
- quand FT s'est lancé dans la téléphonie mobile (je parle de l'après Be-bop), ça s'appelait Itinéris. Aujourd'hui c'est Orange.
- quand FT s'est lancé dans l'internet (je parle du décollage grand public de 1999/2000), ça s'appelait Wanadoo. Aujourd'hui, c'est Orange.
- d'ailleurs pour ceux qui n'ont qu'un bon vieux téléphone classique, et qui n'ont jamais quitté France Telecom, ils sont aussi chez Orange, puisque même France Telecom s'appelle comme ça maintenant.

Orange

Quand les abonnés Internet de France Telecom (Orange) se connectent à la maison, ils utilisent Orange, qui les facture. Quand on se connecte à Internet dans un hôtel équipé par Orange, c'est Orange qui facture. Mais pas le même. L'autre. Celui qui fait de la téléphonie mobile (ils font aussi de l'internet, mais pas pour la maison). Vous suivez ? Enfin tout ça finit dans la bourse d'Orange, celui qui est côté en bourse. Enfin France Telecom quoi. Mais faut pas vous tromper quand vous demandez de l'aide à l'assistance. Si vous appelez l'assistance Orange pour l'autre Orange, on pourra pas vous aider, c'est logique.

Enfin toujours est-il que Dominick s'il était abonné Orange à la maison, ça lui ferait une belle jambe à l'hôtel. Ca sert à rien. Il vaut mieux être abonné Orange. L'autre. Celui du mobile. Encore que ça change pas les tarifs. C'est très cher. Mais au moins il pourrait envoyer un sms et recevoir illico son code Orange pour l'hôtel. Comme il est pas abonné Orange pour le mobile non plus, il est bloqué sur la page d'accueil d'Orange pour les hôtels. Et là il faut qu'il donne sa carte bancaire. A Orange, pas à l'hôtel. Comme ça on lui affiche un code et il pourra surfer très cher dans son hôtel.
Voilàààààààà....
Euh, non, pas voilà. Voila c'est un site Internet d'Orange, un portail même comme on dit. Mais c'est encore autre chose et je m'en voudrais de vous embrouiller.

Bref, je me moque, mais c'est vrai qu'on se demande où passe l'intérêt et la logique du consommateur dans tout ça. D'autant que lors des ventes dans les boutiques Orange (celles qui font les 3 Orange - fixe, mobile, et internet), on vous vante la simplicité de tout avoir chez la même enseigne (en fait c'est pour ça que tous s'appellent Orange, mutualisation du réseau de boutiques, etc.). Mais en particulier concernant le téléphone maison et l'internet, d'expérience je peux vous garantir qu'en cas de pépin vous aurez droit à un joli ping-pong des différentes division d'Orange. Si y'a plus d'internet, c'est la faute du service téléphonie (France Telecom???), et réciproquement. Pareil que si vous aviez le téléphone chez Orange, et l'internet chez Alice, Free ou Neuf... Alors si on compare les tarifs, pourquoi rester chez Orange? Mais ça c'est pas de leur faute, c'est celle de l'Arcep, qui les oblige à être plus chers que les autres pour que se mette en place un vrai marché concurrentiel.

Certains élèves me disent parfois que malgré les trésors de pédagogie que je déploie souvent (pas comme ici), certains pans de ces technologies leur restent un peu obscurs, et ils s'en veulent d'avoir laissé passer le train pendant si longtemps. Pour les consoler, je leur confesse que pour moi aussi parfois, suivre tout ceci est un effort, et parfois, parfois, je me sens las.