Previous month:
décembre 2007
Next month:
février 2008

3 notes en janvier 2008

Léopard ou Mac OS 10.5: sacré félin!

Je ne suis pas totalement objectif puisque j'ai fait le test comme beaucoup d'amateurs de pommes:

72%How Addicted to Apple Are You?

Jacksonville Dating

Ce petit test circule pas mal dans les pages de bloggers aficionados d'Apple ces temps-ci, et on a tous des scores assez révélateurs du plaisir que nous trouvons tous à être à l'abri des turpitudes du monde Windows. Vous ne serez pas surpris de savoir que mon score me place dans la partie bien accroc des gens raisonnables. Ceux qui sont au-delà de 80% peuvent-ils prétendre être lucides sur leur choix de la plateforme Mac? Moi j'estime être dans la zone critique, et pourtant... Plusieurs clients ayant acheté une nouvelle machine récemment, ou pour certains ayant switché pour quitter le monde Windows, je joue beaucoup avec le nouveau système Apple ces derniers jours. Et je ne comprends pas comment cette marque arrive à me surprendre encore, positivement, avec des produits ou logiciels qui me titillent à ce point.
Moi qui ai toujours plus d'une dizaine d'applications ouvertes en même temps au moins (que je gérais très bien grâce à la fonction Exposé), je rêve aujourd'hui de Spaces pour séparer mes activités pro, perso, blogging, et communication directe... Quant à Time Machine, c'est la solution de sauvegarde rêvée que j'attendais pour mes clients: presque parfaite, mais pour le reste je m'en occupe avec notamment Carbon Copy Cloner.
En plus des logiciels comme Mail (pour le courrier électronique) ou iPhoto ont gagné en simplicité et sécurité pour les débutants... Vous êtes vraiment certains de pas vouloir une démo? Mes machines sont encore en 10.4 (Tiger), mais ne vont pas tarder à basculer sous Léopard.


Les logiciels gratuits : quelques nuances !

Moi je paye pour certains logiciels gratuits !!!
Ne riez pas, et ne croyez pas non plus que je roule sur l'or, ce n'est pas le cas en ce moment.
Mais je sais qu'en France, ce genre de comportements fera au moins sourire la plupart. La culture du "tout gratuit" (liée à Internet) fait des ravages, et des gens très raisonnables ont l'air de trouver normal de pirater aujourd'hui un peu de musique ou divers logiciels (cette position est parfois défendable mais ne peut devenir un système complet). Et ceux-ci ne comprennent pas les subtilités qui existent entre les différents outils gratuits, qu'en français on a vite fait d'appeler graticiels (pour freeware). On oublie un peu vite les "partagiciels" pour shareware ou donationware.
Si les freeware sont gratuits, les shareware et donationware ne le sont pas totalement.

En France on ne paye que si on n'a pas le choix. Le pourboire a disparu progressivement depuis que le service est compris dans les additions. Je suis toujours choqué de voir les français en Amérique du Nord ne pas comprendre cette pratique locale et souvent économiser sur le prix du service, sur le dos des serveurs (dont le pourboire est le véritable salaire).
Et bien les shareware et donationware, c'est le même principe. Si le logiciel vous plaît, que vous l'utilisez régulièrement, ou s'il vous a rendu un grand service, son auteur espère que vous reconnaîtrez la valeur de son travail, et de ses heures passées à élaborer un outil qui marche.
Quelle est la différence entre un shareware et un donationware alors?
Le shareware a un prix fixé, et généralement subit un bridage : au bout d'un moment, ou d'un nombre d'utilisation, il se bloque sans le code à acheter, ou alors ses fonctions sont limitées en version d'essai.
Le donationware ne vous impose jamais de prix, et ne vous limite ni dans le temps, ni dans les possibilités. C'est gratuit pour tous, totalement, mais ceux qui apprécient vraiment l'outil, et peuvent se permettre au moins quelques euros pour remercier le créateur du programme, devraient penser à participer à sa rétribution.

Je connais la valeur du travail et je sais aussi trop bien en ce moment la difficulté qu'il y a parfois à vivre normalement de son travail. Alors je vous prouve ce que j'affirme avec ces 2 exemples de logiciels gratuits pour Mac, que j'ai payé, volontairement (et je vous assure que pour CarbonCopyCloner en particulier qui m'a rendu à moi et mes clients d'immenses services, nous pourrions tous être plus généreux avec son auteur) : Cyberduck, et CarbonCopyCLoner.

Cyberduck
Bombich


La garantie : une option à ne pas négliger

Un ordinateur vendu en France est garanti un an. Ne serait-ce que par la garantie légale contre les vices cachés.
Une extension de garantie (du constructeur ou du distributeur), vous permet d'étendre la garantie à 3 ans en général. Certes, cela alourdit l'addition de 10 à 15%.

Mais en particulier pour les portables, qu'on trimballe partout, qui sont allégés et miniaturisés à l'extrême, les risques ne sont pas négligeables :

  • un écran défectueux,
  • un disque dur (presque seule partie mécanique mobile de votre ordinateur),
  • un tiroir DVD,
  • la charnière de l'écran et toute sa connectique assurant la liaison écran/"Unité Centrale",
  • l'alimentation
  • la carte mère (qui supporte tout le reste des composants)

bref quelques parties sensibles (et pour certaines très coûteuses), pourraient vous lâcher après la garantie initiale, mais bien trop tôt comparé avec l'espérance de vie de 3 à 5 ans de votre portable, ou les 4 à 7 ans possibles pour votre PC de bureau.

Renouveler un écran vaut souvent le prix du portable, mais les trop fréquentes pannes de disque dur peuvent survenir éventuellement plusieurs fois pendant votre durée d'utilisation d'une même machine. Et sans garantie, vous risquez vite de devoir vous poser un peu trop tôt la question du renouvellement...

10 à 15%, ça peut vous sembler beaucoup. Dîtes-vous que le jour où vous aurez besoin de penser à la garantie, les soucis d'utilisation d'une solution d'informatique temporaire seront déjà bien suffisants... Et risquer de devoir carrément remplacer/racheter un nouvel ordi au bout de 2 ans, c'est plutôt rageant... Evidemment, mieux vaut avoir acheté son informatique auprès d'un distributeur avec un vrai S.A.V..
M'enfin, ce que j'en dis : tout dépend de votre perception du risque, et de votre témpérament joueur ou pas.