La garantie : une option à ne pas négliger
Léopard ou Mac OS 10.5: sacré félin!

Les logiciels gratuits : quelques nuances !

Moi je paye pour certains logiciels gratuits !!!
Ne riez pas, et ne croyez pas non plus que je roule sur l'or, ce n'est pas le cas en ce moment.
Mais je sais qu'en France, ce genre de comportements fera au moins sourire la plupart. La culture du "tout gratuit" (liée à Internet) fait des ravages, et des gens très raisonnables ont l'air de trouver normal de pirater aujourd'hui un peu de musique ou divers logiciels (cette position est parfois défendable mais ne peut devenir un système complet). Et ceux-ci ne comprennent pas les subtilités qui existent entre les différents outils gratuits, qu'en français on a vite fait d'appeler graticiels (pour freeware). On oublie un peu vite les "partagiciels" pour shareware ou donationware.
Si les freeware sont gratuits, les shareware et donationware ne le sont pas totalement.

En France on ne paye que si on n'a pas le choix. Le pourboire a disparu progressivement depuis que le service est compris dans les additions. Je suis toujours choqué de voir les français en Amérique du Nord ne pas comprendre cette pratique locale et souvent économiser sur le prix du service, sur le dos des serveurs (dont le pourboire est le véritable salaire).
Et bien les shareware et donationware, c'est le même principe. Si le logiciel vous plaît, que vous l'utilisez régulièrement, ou s'il vous a rendu un grand service, son auteur espère que vous reconnaîtrez la valeur de son travail, et de ses heures passées à élaborer un outil qui marche.
Quelle est la différence entre un shareware et un donationware alors?
Le shareware a un prix fixé, et généralement subit un bridage : au bout d'un moment, ou d'un nombre d'utilisation, il se bloque sans le code à acheter, ou alors ses fonctions sont limitées en version d'essai.
Le donationware ne vous impose jamais de prix, et ne vous limite ni dans le temps, ni dans les possibilités. C'est gratuit pour tous, totalement, mais ceux qui apprécient vraiment l'outil, et peuvent se permettre au moins quelques euros pour remercier le créateur du programme, devraient penser à participer à sa rétribution.

Je connais la valeur du travail et je sais aussi trop bien en ce moment la difficulté qu'il y a parfois à vivre normalement de son travail. Alors je vous prouve ce que j'affirme avec ces 2 exemples de logiciels gratuits pour Mac, que j'ai payé, volontairement (et je vous assure que pour CarbonCopyCloner en particulier qui m'a rendu à moi et mes clients d'immenses services, nous pourrions tous être plus généreux avec son auteur) : Cyberduck, et CarbonCopyCLoner.

Cyberduck
Bombich

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.