Quand les marques font tourner l'internaute en bourrique
Un site web? Faîtes-vous assister face au prestataire!

Un netbook pour MaxSea ?

Lors de toutes mes interventions professionnelles relatives à MaxSea (salon, formations STW, conseil indviduel, etc.), des questions reviennent systématiquement. netbook maxsea.jpg Au hit-parade des "FAQ" sur le sujet, le thème des netbooks (ces ordinateurs ultra-portables aux écrans d'environ 10 pouces de diagonale), revient plus que d'autres.

Que ce soit comme machine de secours pour pallier à une éventuelle panne du poste principal loin de toute assistance, en mer ou à l'autre bout du monde, ou comme PC dédié, beaucoup de navigateurs réfléchissent à prendre un ou deux de ces petits ordinateurs à bord de leurs voiliers, et ils ont raison, car c'est une option qui peut très bien concurrencer les PC "marinisés".

MCS.jpgC'est Dominique TAILLEFER (MCS Ouest), célèbre préparateur de voiliers pour la course au large dans le domaine de l'électronique (et comme moi formateur MaxSea chez STW) qui m'en a soufflé le schéma qui répondra au plus grand nombre de besoins:.../...

- entre 300 et 400 euros on trouve aujourd'hui plusieurs modèles de NetBooks répondant aux minima requis par MaxSea pour faire tourner ses logiciels, même le plus récent, l'excellent Time Zéro.
- En augmentant (sensiblement) le budget, on peut même en trouver bénéficiant d'un SSD (Solid State Drive) en lieu et place d'un disque dur. Cette mémoire est plus proche de la clef USB que du disque classique, et donc sans pièces mobiles est beaucoup moins fragile qu'un disque dur (on se rapproche beaucoup d'un PC "durci" puisque les vibrations et chocs perdent l'essentiel de leur influence).
- glisser le NetBook démarré mais plié dans la table à carte où il sera largement à l'abri des projections diverses qui peuvent survenir en navigation. Dans ce mode, l'écran est inactif, et le NetBook consommera le strict minimum, qui sur ces machines n'est pas très élevé et rivalise là aussi avec les PC "marinisés".
- il faut donc un écran externe: on trouve aujourd'hui des écrans de 17" ou 19" pour moins de 150 euros, qu'on peut fixer de diverses façons à sa table à cartes. Lorsqu'on ne l'utilise pas, on l'éteint pour arrêter sa consommation, et il suffit de le rallumer pour retrouver son MaxSea opérationnel qui tourne dans le NetBook.
- Le trackpad du NetBook plié dans la table à cartes est évidemment hors d'atteinte, mais quiconque a essayé de manipuler la zone tactile d'un portable avec les doigts mouillés sait que de toutes façons, sur un voilier ce n'est pas l'idéal: on peut brancher une souris au NetBook avec comme seule contrainte de devoir faire sortir son fil de la table à carte (les souris sans-fil vont supposer une antenne qui consommera un peu plus). bague trackball.jpgPersonnellement, je trouve malcommode une souris quand le bateau tape et cogne, et j'ai rejoint beaucoup de marins dans la solution TrackBall (dont certaines sont presque idéales pour le navigateur): un modèle a souvent la préférence de ceux qui utilisent un PC en mer, qui s'enfile sur un doigt et au creux du poing est un outil stable et facile à piloter du pouce avec des gâchettes et boutons bien disposés.

Le seul point qui demande une surveillance sans faille à l'achat dans le cadre des minima requis par MaxSea reste la carte graphique dont certains Netbook sont dépourvus (c'est la carte mère qui intègre un composant gérant l'affichage): en particulier dans le cas répandu des Intel, la série de carte Intel doit être au moins la 945, les cartes de versions inférieures ne parvenant pas à gérer correctement ou pas du tout les exigences d'affichage du logiciel.

Enfin, l'alimentation se fera pour l'écran comme pour le NetBook à l'aide de petits régulateurs de tensions capables de passer du 12V (ou 24V) vers les tensions de ces deux appareils, en évitant l'aberration d'un convertisseur 12V->220V sur lequel on branche le transformateur d'alimentation des PC qui redescend généralement vers les 15 à 19V de la majorité des portables (une fois retirée les batteries internes qui tirent facilement 3V de plus pour leur propre recharge).

Il n'existe pas de solution parfaite pour gérer l'informatique en voilier, mais en secours ou en dédiée, ce choix de configuration peut s'avérer une excellente formule pour une majorité de marins: économie d'investissement, sobriété électrique, solidité (n'oublions pas qu'en cas de défaillance de l'écran externe, le petit écran du Netbook permet encore un affichage, petit mais bienvenu). Décidément, cette solution "Netbook" présente bien des avantages, et j'encourage même ceux qui ont choisi le Mac à considérer cette option comme doublon de sécurité. En informatique en particulier, la sécurité, c'est la redondance des solutions.

Crédit photos : DR

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Alain Content

Bonjour
Je recherche un netbook ou ultraportable pour secours de mon installation fixe sur laquelle est installé Maxsea Time zero

Parmi la foultitude de produits , en connaissez vous un pas trop cher ( 600 euros maxi) sur lequel je serais assuré que ca fonctionne

Très cordialement
PS je suis membre STW

Alain Content

Frédéric METEY

@ Alain Content:
hélas je ne suis pas l'actualité de ce marché des Netbooks qui comme tous les produits technos voient leurs gammes renouvelées à haute fréquence.
La tendance est quand même toujours à l'augmentation des possibilités, et donc la plupart des appareils produits à ce jour doivent répondre aux exigences du logiciel.
En cas de doute, prendre contact avec MaxSea pour leur soumettre les caractéristiques techniques du produit repéré en magasin. Soit ils le connaissent déjà, soit ils peuvent se prononcer sur la base des composants (encore une fois, essentiellement les caractéristiques de la carte graphique qui est le principal problème encore possible sur les machines récentes).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.