Previous month:
mai 2016
Next month:
janvier 2017

1 note en juin 2016

Quand les institutions nous éduquent à l'envers

Mes élèves du cours "Culture Informatique et Internet" se souviennent tous de mon premier cours, sur le phishing : l'introduction faite pour marquer les esprits, commence par parler du Père Noël ; après un moment de flottement dans l'assistance, voire de panique devant un prof dont la première minute de cours semble indiquer des troubles neurologiques, je lève le suspense en rappelant qu'il n'existe pas, ce qui fait toujours son petit effet.

Et je poursuis en expliquant à mes élèves sur des cas concrets de mail que j'ai imprimés, tous les détails qui permettent de suspecter une tentative d'escroquerie, de phishing, bref, de repérer un faux. J'invite à la plus grande prudence (qui se traduit généralement par une mise à la poubelle) face à tous les mails qui comportent des liens à cliquer (a fortiori si on n'attend rien de précis de l'expéditeur) et même pour ceux avec une pièce jointe, sauf à être sûr et certain de l'authenticité (en tous cas avec une certitude raisonnable) du message, qui passe par l'examen scrupuleux desdits détails.

Fort heureusement, les institutions diverses, et parfois sensibles, comme les banques et autres organismes avec qui nous avons des relations d'argent (sécu, fournisseurs télécom, mutuelles, assurances, etc.) rappellent en choeur avec les médias, des consignes de sécurité du même genre : nous ne vous demanderons jamais par mail de vous connecter à votre compte pour nous redonner vos coordonnées bancaires, etc. Hélas je relève parfois quelques dérogations à ces règles, et les besoins marketing et publicitaires aidant, vous recevez parfois d'authentiques offres promotionnelles émanant d'une adresse qui n'a par exemple rien à voir avec l'adresse officielle et connue de l'entreprise expéditrice : comment savoir si c'est du lard ou du cochon ?

Alors j'enrage quand des institutions comme la vénérable Sécurité Sociale procèdent à des envois qui ne respectent pas les consignes de sécurité connues et qui devraient être standards, obligeant mes élèves (et tous les autres) à prendre des risques et de mauvaises habitudes en baissant la garde.

Voilà un mail de fin de dossier d'accident du travail envoyé par la Caisse Nationale Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (c'est elle que je fusille ici pour l'exemple, mais les cas sont nombreux, et parfois pires) :

 

Lire la suite "Quand les institutions nous éduquent à l'envers" »