76 notes dans la catégorie "Sécurité informatique"

Quand la loi (#HADOPI) favorise l'humour des internautes

wifi hadopi.PNGVous vous souvenez de mon article à l'occasion du vote de la loi HADOPI (qui rend les internautes responsables de la bonne sécurisation de leur réseau wifi)?

Cherchant une connexion Wifi dans Paris j'ai eu un grand sourire en trouvant parmi les réseaux proposés par mon téléphone, celui d'un internaute qui s'affiche prêt à affronter la situation: il a rebaptisé le wifi de sa box en "certification-hadopi"... J'imagine qu'il a durci la sécurisation le préservant des pirates, mais ça peut aussi sonner comme un défi.

Où l'on vérifie que la connerie conduit invariablement à l'humour...


Ne pas prendre l'iPhone pour un téléphone

L'iPhone apporte une nouvelle clientèle aux entreprises comme VAR21, qui offrent formation, assistance ou conseil informatique. Ce n'est pas par hasard. Certes Apple est une marque née dans l'informatique même si le terme "computers" (ordinateurs) a disparu de son nom d'origine, mais l'iPhone est un ordinateur de poche avant d'être un téléphone.

Acheter l'iPhone pour un pur usage de téléphonie est décevant, comme je m'en suis rendu compte avec des clients sédentaires qui disposant d'un ordinateur au travail ou à la maison n'ont que faire des possibilités multiples de ce téléphone. Ils ont cédé à cet achat de mode en entendant dire que c'était un téléphone "génial", mais c'est sur tout le reste bien avant l'antique fonction téléphone qu'il est "génial". nokia_3330.jpg Son ergonomie vise d'abord à permettre la multiplicité de ses usages, et un bon vieux téléphone portable de la fin des années 1990 est finalement plus commode pour simplement passer des appels: clavier réduit avec touches pas trop petites, répertoire téléphonique, il n'en faut pas plus à l'heure de donner un coup de fil. Le seul plus à réclamer, mais l'iPhone n'est pas le seul téléphone à proposer cela, c'est de pouvoir synchroniser ledit répertoire avec un autre outil (principalement le répertoire de son ordinateur), externe, à titre de sauvegarde et possibilité de réimplantation rapide sur un futur appareil.

Mais c'est lors de la mise en route que se fait la principale erreur des usagers, et ils sont nombreux à la commettre. Très peu y résistent, et s'empressent de l'allumer et d'y glisser la carte SIM ouvrant la porte à la fonction téléphone, et à l'abonnement Internet prétendûment illimité. FAUTE!!!

Un iPhone est un petit ordinateur en soi, et par bien des aspects une extension d'un ordinateur personnel classique. Il est conçu comme tel, et si Apple est souvent regardée comme une prison plus enviable que Microsoft, Apple n'en reste pas moins une prison, certes plutôt rose que grise, mais une prison (ce qui a des avantages aussi, de cohérence, de sécurité, etc.).
logo_itunes.jpg
Et Apple a prévu que l'iPhone (comme l'iPad ou l'iPod), soit géré par son logiciel iTunes . C'est par ce biais qu'il faut commencer lors de la mise en route de votre téléphone Apple. La sauvegarde du contenu de votre téléphone en dépend, comme la bonne synchronisation de vos contacts, de votre agenda, etc. J'en connais qui vont pleureur le jour où leur iPhone va tomber, dans l'eau où sur un sol trop dur, être volé, ou même simplement le jour où ils voudront passer à une nouvelle version: beaucoup d'iPhones circulent sans aucune copie de sauvegarde de leurs contenus, sans avoir été jamais synchronisé. D'autres sont synchronisés en cours de vie, mais avec des réglages de compte iTunes différents de ceux du téléphone (avec à la clef effacement d'applications, ou pire, de données, etc.).

Vous avez acheté un iPhone? De grâce soyez patients, rentrez chez vous, allumez l'ordi, (chargez puis) ouvrez iTunes, et alors seulement branchez votre téléphone sur le PC pour sa mise en route. Et ne le débranchez qu'une fois une synchronisation complète réussie, et votre compte paramétré et synchrone sur les 2 outils. Pensez ensuite à le synchroniser régulièrement au fur et à mesure des modifications apportées (réglages, programmes installés d'un côté ou de l'autre, contacts ajoutés etc.).

On peut certes procéder autrement mais ce devrait être réservé à des gens connaissant particulièrement bien le monde informatique, éventuellement celui d'Apple et en particulier iTunes et ses subtilités. Il est tellement plus facile de suivre mon conseil et le jour où vous changerez de génération de téléphone, vous me remercierez tellement devant la facilité de ce changement, que franchement, cela valait ce rappel, et que vous suiviez ce conseil à la lettre.


Un netbook pour MaxSea ?

Lors de toutes mes interventions professionnelles relatives à MaxSea (salon, formations STW, conseil indviduel, etc.), des questions reviennent systématiquement. netbook maxsea.jpg Au hit-parade des "FAQ" sur le sujet, le thème des netbooks (ces ordinateurs ultra-portables aux écrans d'environ 10 pouces de diagonale), revient plus que d'autres.

Que ce soit comme machine de secours pour pallier à une éventuelle panne du poste principal loin de toute assistance, en mer ou à l'autre bout du monde, ou comme PC dédié, beaucoup de navigateurs réfléchissent à prendre un ou deux de ces petits ordinateurs à bord de leurs voiliers, et ils ont raison, car c'est une option qui peut très bien concurrencer les PC "marinisés".

MCS.jpgC'est Dominique TAILLEFER (MCS Ouest), célèbre préparateur de voiliers pour la course au large dans le domaine de l'électronique (et comme moi formateur MaxSea chez STW) qui m'en a soufflé le schéma qui répondra au plus grand nombre de besoins:.../...

Lire la suite "Un netbook pour MaxSea ?" »


Quand les marques font tourner l'internaute en bourrique

Généralement, je conseille à mes clients de jeter le spam sans suite, car le fait de répondre a souvent tendance à juste confirmer aux marketeurs, ou pire aux escrocs, que la boite mail qu'ils ont arrosée fonctionne et que les messages y sont lus.
Exception, les grandes marques, toutes les maisons sérieuses qui ont gagné la confiance de leurs clients au travers d'une longue relation, peuvent être traitées différemment: si vous recevez leurs courriers, c'est souvent qu'à un moment où un autre vous avez accepté (hélas souvent involontairement) de recevoir leurs messages. Si vous les percevez comme spams aujourd'hui, c'est probablement que vous êtes confrontés à la masse de pub et spam qui nous innonde et finissez par un rejet total. Pour autant, ces enseignes à la notoriété respectables pratiquent normalement un marketing plus propre, et quand vous leur demandez de stopper leurs envois, elles appliquent.

Mais que répondre à un client qui a utilisé le lien désabonnement/désinscription en bas d'une pub envoyé par le service dromadaire (cartes de voeux en tous genres, enseigne à la notoriété installée), et que ce lien ne déclenche aucune action?
Que répondre à un autre qui a fait la même chose en bas de la newsletter de ViaMichelin, et qui pour seule réponse obtient un affichage l'informant que la page qu'il demande n'existe pas? Un internaute expert saura trouver l'astuce (une petite correction à appliquer dans la barre d'adresse), mais les autres?
Répondre que le marketing des grosses boîtes est lui aussi tombé dans l'excès, dans le spam, et ne respecte plus la volonté de leurs clients?
Qu'il faut subir, classer ce courrier dans les indésirables, et juste voir circuler cette pollution dans les tuyaux de l'Internet, en se disant que les escrocs nous guettent mais que même les "institutions" commerciales nous méprisent?

Il y a des jours où expliquer les dérives du système est désarmant, et continuer à vanter les mérites des outils technologiques pollués par tant d'abus et de malfaçons demande beaucoup de foi dans le potentiel positif qui reste à explorer...


Free étend son assistance technique de proximité à 500 nouvelles villes

C'est à lire sur le blog Free4Mac mais le fournisseur d'accès à Internet FREE étend la couverture géographique de son assistance technique locale: c'est la promesse d'une intervention plus rapide d'un technicien chez vous en cas d'impossibilité à faire résoudre leurs problèmes par la hotline.

Pour nos clients bandolais, il est à noter que Bandol figure maintenant dans la liste des villes couvertes.

Au passage, ceux qui sont clients FREE doivent penser à se connecter à leur compte sur le site du FAI afin de valider les nouvelles conditions tarifaires: histoire de bénéficier des nouvelles destinations gratuites en téléphonie (103 destinations incluses en illimité dans le forfait d'abonnement à l'internet).


Préparez-vous à vivre dans le monde d'Internet

Vous savez à quel point je pratique et apprécie les outils d'aujourd'hui. Pour autant je suis heureux d'avoir 15 ans d'expérience du web et d'avoir étudié la question pour ne pas y faire trop de bourdes (je crois) malgré tout ce que je mets en ligne depuis autant d'années.
Reste qu'il n'est pas toujours facile de faire comprendre certaines réalités à mon entourage, ou à mes clients. Je pense en particulier aux plus jeunes, mes neveux par exemple, qui vont vivre tout leur futur dans un monde où Internet gardera la mémoire de ce qu'ils y auront laissé paraître.
Voir ce film est indispensable à tous ceux qui utilisent Internet (même aux autres) et n'en sont pas spécialistes: à montrer aux adolescents le plus tôt possible. Il faut comprendre cela pour ne pas subir Internet...

Free vous permet d'emporter votre Internet avec vous

Free rejoint les autres fournisseurs d'accès à Internet avec une fonction sur laquelle pour une fois il n'était pas en avance, mais en y apportant une touche de sécurisation supplémentaire: vous pouvez utiliser en déplacement la connexion wifi des autres Freebox (ou des Freebox des autres). Potentiellement c'est le plus gros réseau communautaire de "hotspots" au monde, avec 3 millions de points d'accès en France.

Tout est dans le communiqué de presse, et sur le site de Free.


Hadopi: la loi qui amplifie son propre cauchemar

Je ne me suis pas beaucoup étendu sur la loi Hadopi et ses péripéties. Pourtant je surveille évidemment d'un oeil, quotidiennement, l'actualité qui entoure ce dossier brûlant, politiquement et techniquement.

Et là je suis abasourdi. Je savais qu'Hadopi était une erreur à tous points de vue, et je connaissais la puissance du Net, mais la démonstration me surprend quand même.

Juste en surveillant les réactions qui entourent cette loi, sans chercher, je tombe en permanence sur un tas de sites et pages qui donnent les instructions pour transformer n'importe quel adolescent boutonneux (ou internaute motivé), en parfait expert du téléchargement anonyme, en pirate culturel permanent.
La loi juste votée, pas encore en vigueur, vient de créer un réseau d'entraide phénoménal, qui me fait penser que si on attrape vraiment quelqu'un dans le cadre d'Hadopi, c'est que ce sera un militant qui se sera volontairement fait attraper: tous les autres vont y échapper, et apprendre les bases pour faire bien pire.

En fait Hadopi va booster et vulgariser l'anonymat sur Internet. En fait c'est déjà en route, le train vient de démarrer. Je n'ai jamais vu une telle explosion de sites expliquant les techniques informatiques nécessaires à qui veut être anonyme (pour de bonnes OU POUR DE MAUVAISES raisons). Avant, il fallait chercher, s'y connaître un peu. C'est en train de devenir enfantin parce que les plus motivés ont aussi amélioré ces techniques, et que l'information fuse de partout.

HADOPI n'avait qu'une seule vertu: .../...

Lire la suite "Hadopi: la loi qui amplifie son propre cauchemar" »


Non, ce n'est pas toujours de votre faute!

J'observe chez mes nombreux "élèves", en particulier chez les séniors, une tendance inutile à l'auto-flagellation. La peur de mal faire, l'angoisse de l'irréparable bêtise qu'il pourrait commettre, est déjà le principal frein à leur progression ou à leur simple utilisation des Technologies de l'Information de la Communication et de la Connaissance (TICC).

On observe l'inverse chez les ados, qui vont tout bidouiller, et faire un usage très poussé souvent sans besoin de bases théoriques ou expliquées: en revanche ils parviennent régulièrement à commettre la bourde informatique qui va "planter" pour de bon leur machine ou leur logiciel, à force de mettre leur souris dans absolument tout ce qui se présente sur l'écran, avec une totale forme d'imprévoyance ou d'irresponsabilité (qui caractérise plutôt l'enfance)... Dans leur usage informatique, ça porte rarement à conséquence, car leur utilisation concerne plus la socialisation et les jeux que la comptabilité et les projets d'édition (ou autres points clefs d'une activité professionnelle). Il leur suffit de réinstaller la machine (ils apprennent tous assez vite comment), et c'est reparti pour un tour, toujours sans aucune angoisse du faux-pas irrécupérable.

Chez les adultes néophytes, la peur est telle que chaque fois qu'un truc ne se passe pas comme prévu (comme déjà vu), c'est la séance de mortification qui commence: "je vous assure Mr Metey, je ne sais pas ce qui s'est passé, mon mail ne répond plus, j'ai fait une bêtise, c'est sûr mais patati et patata"... C'est oublié un peu vite que l'informatique (et l'internet en particulier) est une longue chaîne d'éléments qui interagissent, et se passent le relais d'une information qui va aboutir sur votre écran. Il suffit qu'un maillon lâche, et la chaîne peut se retrouver coupée, ne pouvant pas toujours créer une chaîne de dérivation qui contournera le problème.

CE N'EST PAS TOUJOURS DE VOTRE COTÉ
QUE SE SITUE LE PROBLÈME!!!

Il arrive régulièrement que ce soit le serveur ou service auquel vous vous connectez qui soit défaillant: c'est bien en particulier le cas pour tout ce qui fait appel à Internet. En cas de panne d'un de vos outils, demandez-vous si cet outil a besoin d'internet pour fonctionner. Comparez: quel autre outil qui utilise Internet pouvez-vous tester pour voir si lui aussi rencontre un problème. Si ça vous arrive en surfant sur votre site favori, testez d'autres sites, etc.

Pour illustrer ceci, je vous renvoie à l'article de ZDnet qui explique que tous les services Google ont subi une nouvelle panne récemment (et entre le moteur de recherche, le service Gmail, le service de cartographie et j'en passe, ça couvre beaucoup d'usages).
Vous voyez, parfois c'est la faute de Google (et je vous rappelle mon précédent article sur la méga panne Orange la semaine dernière). Je ne sais pas si cela va vraiment vous rassurer. Mais si ça peut au moins vous retirer de la culpabilité superflue...